Ne manquez pas

Sant Pere de Ribes

Sant Pere de Ribes occupe le secteur central de la région, sur les versants méridionaux du massif du Garraf et aux pieds du puig Montgròs. Sa plaine agricole est une des valeurs paysagistiques les plus importantes de la commune – avec la culture principale de la vigne – conjointement au riche et nombreux patrimoine architectural de masies et cases d’indianos, et de petits palais, nombre d’entre eux étant aujourd’hui reconvertis en résidences de charme, en restaurants ou en caves.
st-pere-ribes_2
Ribes, comme l’appellent les gens de la région ainsi que les ribetans eux-mêmes, a spectaculairement grossi depuis les années 1960 : le charme de la ville, son enclavement aux portes du parc du Garraf ainsi que les bonnes communications en sont responsables.On pourra commencer la promenade par le noyau d’origine de la ville : Sota-ribes, à l’autre bout de la riera de Ribes, constitué autour de l’ancien château de Ribes – ou de Bell-lloc –, documenté déjà en 990. Il s’agit d’une fortification qui défendait le passage entre la mer et la montagne à l’époque de la Marche d’Espagne, frontière toujours sensible et changeante entre les domaines islamiques et chrétiens. Le plus remarquable du château est sa tour cylindrique. Actuellement, il est habité mais on peut le visiter certains jours grâce aux visites organisées par l’office du tourisme. À côté du château se trouve la vieille église de Sant Pere, de trois nefs, avec de grands contreforts extérieurs de soutènement et un clocher à base carrée doté d’ouvertures en arc en plein cintre. L’origine de ce temple remonte au Xe siècle, alors qu’il n’était à l’époque qu’une toute petite église préromane. L’édification actuelle a été accordée en 1663, après la grande révolte des Catalans, connue sous le nom de guerre des Faucheurs. Elle a été bâtie en douze ans aux frais du village et elle a eu un usage paroissial jusqu’en 1910. On remarquera le portail des Ànimes, datant du XIVe siècle, provenant de l’ancien temple. L’ensemble, entre le ravin et les pins restants, est complété par la Casa del Terme, bâtiment datant du XVe siècle et ancien siège de la mairie, aujourd’hui office du tourisme, et le pont de la Palanca, avec le pin centenaire déclaré arbre monumental.
st-pere-ribes_3Il faudra poursuivre l’itinéraire par la rue Major jusqu’au croisement avec la rue du docteur Marañón, où se trouve l’abri de Sant Josep i Sant Pere, édifice moderniste construit en 1901 avec des fonds « américains » et qui devait remplir des fonctions d’hôpital et d’asile. Il occupe un pâté de maisons entier et l’on en remarquera le cloître, la chapelle, la tour à créneaux et le jardin. On reprendra ensuite l’itinéraire par la rue Major jusqu’à la place de la Font, où se trouve la fontaine moderniste qui commémore la construction des canalisations qui ont amené l’eau en 1906. Immédiatement à côté, la place de la Vila, avec deux édifices emblématiques : la Casa de la Vila, de type éclectique et qui a subi différents remodelages – le plus radical ayant été celui de 1893 –, et Can Quima, bâtiment d’habitation moderniste datant du début du XXe siècle. Une fois là, on pourra prendre la rue de Mossèn Andreu Malgà pour arriver à l’ermitage de Sant Pau, tout proche d’une ancienne villa romaine.
st-pere-ribesst-pere-ribes_5st-pere-ribes_4
De retour à la place de la Vila, on pourra continuer la promenade par la rue du Pi, où l’on remarquera l’arbre centenaire qui lui donne son nom ainsi que diverses maisons d’« Américains », telles que Can Maurici – nº 16 –, Can Milà de Palou – nº 52 – ou Can Giralt – au bout de la rue. Tout près de là, dans le quartier du Palou, on pourra contempler les fastueuses demeures de la Casa Gran, la Granja et Can Pau Artigas. De retour au centre, par la place de la Vila et la rue du Comerç on arrivera à la place de Marcer, centre névralgique de Ribes, à côté de la place où s’élève l’église paroissiale de Sant Pere, inaugurée en 1910, de style néogothique, avec deux hautes tours jumelles.
st-pere-ribes_6st-pere-ribes_7 

 

 

 

 

Il vaut la peine de prendre la voiture pour voir le mas Solers et son bosquet – en quittant Sota-ribes par la route BV-2112. Il s’agit d’un édifice résidentiel de style classique avec des racines noucentistes, bâti en 1918 par le marquis et ingénieur Eduard Maristany. On y installa tout d’abord des caves ainsi que l’actuelle maison, qui fut remodelée en 1979 pour y loger, jusqu’à il y a quelques années seulement, le Gran Casino de Barcelona. Aujourd’hui, il a été reconverti en un espace destiné à tout type de célébrations..

 

Avec la participation de:

GARRAF TURISME

GARRAF TURISME